Place des citoyens de Sainte-Adèle

Publié le Mis à jour le

Vue d'ensemble — Hôtel de Ville — bibliothèque — salle multifonctionnelle

Samedi dernier, les élus de Sainte-Adèle dévoilaient les plans du projet de revitalisation du parc Claude-Henri-Grignon. Je dois d’emblée souligner que j’estime qu’il s’agit d’un projet fort intéressant dans son ensemble. Des aires multigénérationnelles, des jeux d’eau, un sentier en périphérie du parc qui, l’hiver venu, se transformera en patinoire, un ruisseau, une surface de glace pour le hockey, bref, il y en a pour tous les goûts, tous les âges et toutes les saisons. C’est de loin le projet le plus porteur visant ce controversé parc depuis plusieurs années.

Le plan proposé comprend également des bâtiments (voir le diaporama plus bas), comprenant, dans une première phase, une construction qui accueillera un marché public, une salle multifonctionnelle et, dans une deuxième phase, un autre bâtiment qui accueillera l’hôtel de ville et une bibliothèque. C’est là que les choses se corsent. L’architecture proposée est à mon avis une énorme erreur. Je m’explique. On sait que Sainte-Adèle entretient un rapport complexe avec son patrimoine (culturel, naturel, bâti, etc.). Nous avons, comme beaucoup d’autres petites villes du  genre, le culte de la «nouveauté» et de la «modernité». Nous voulons à n’importe quel prix échapper à quelque chose et entrer de plain-pied dans une nouvelle identité remplie de promesses, ce qui en soi est justifiable. Mais les tentatives pour y arriver se sont généralement soldé par des échecs retentissants pour la simple et mauvaise raison que nous méprisons nos forces, nos atouts régionaux, notre couleur propre, ce qui nous distingue, ce que nous avons à offrir pour simplement reproduire ce qui se fait ailleurs, dans les grands centres.

Voilà que l’on semble vouloir persister dans cette voie en présentant une architecture civique d’une tristesse insondable. Misant sur la  «nouveauté», afin de «sortir des cabanes en bois ronds», la proposition mise sur la table surprend par la morosité de son architecture sortie tout droit des années 50, purement fonctionnelle et qui ne «vibre» pas avec la région. Visiblement, pour en arriver à ce résultat, l’architecte aura eu carte blanche, ce qui à mon avis, est une erreur. Pour se réclamer de la nouveauté, il faut d’abord innover. Ce n’est pas le cas ici. Au contraire, tout est banal, sans saveurs et sans couleurs. Il ne s’agit pas d’une platebande d’annuelles, mais de bâtiments qui marqueront le visage d’un centre-ville que l’on souhaite fixé à cet endroit. Impossible de se reprendre l’an prochain. D’où l’importance de réfléchir avant de bâtir, et surtout, de ne pas laisser cette décision entre les seules mains des architectes.

Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour concevoir des bâtiments qui se démarqueront? Par exemple, un parc de style victorien? Vous trouvez l’idée saugrenue? Parions que davantage de touristes visiteraient le «parc victorien de Sainte-Adèle» afin d’assister aux différentes activités organisées, que celui des années 50 que l’on nous propose et qui n’a aucun cachet. Le parc victorien n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, c’est l’idée qu’il faut retenir. L’idée d’un parc qui se démarque par son thème, son cachet unique, etc.

Puisqu’on nous demande notre avis, je le donne ici: j’estime que c’est un beau projet rassembleur, le premier à Sainte-Adèle depuis plusieurs années. Mais l’architecture proposée ne convient pas, à mon humble avis (et celui de la plupart des gens à qui j’ai parlé et que je n’ai pas tenté d’influencer). Visiblement, l’architecte s’est fait plaisir sans prendre en compte d’autres aspects plus importants. Je me questionne aussi sur la pertinence de placer l’Hôtel de Ville dans le parc Claude-Henri-Grignon et s’il s’agit vraiment d’une priorité en ce moment.

Finalement, une suggestion: offrir l’Internet sans fil dans l’ensemble du parc, comme on le fait maintenant dans plusieurs parcs publics.

Pour voir le plan du parc en grand format: ICI

Exemple d’architecture inspirée des années 50 et dont les principales caractéristiques rappellent celles des bâtiments proposés : ICI*

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédits Photos : André Bérard
*Maison de Düsseldorf :

Publicités

7 réflexions au sujet de « Place des citoyens de Sainte-Adèle »

    maerix a dit:
    10 août 2011 à 10:05

    Devrait investir d’abord de l’argent dans une solution permanente afin que cessent ces déversements journaliers de merde dans la rivière du Nord. J’aimerais rappeler à M. le Maire que même après plusieurs centaines de milliers de $$$ investis, le problème reste entier.

    PS : ne venait pas me parler d’ouvrage de surverse…

    Voilà, je l’ai dit.

    Eric a dit:
    23 juillet 2011 à 1:50

    Mon opinion commence a se forger concernant la Place du Citoyen. Comme le dernier bulletin le laisse croire, la question a savoir ce que les citoyens veulent dans cette espace semble avoir oublie.

    Eric a dit:
    18 juillet 2011 à 5:00

    Difficile de se faire une tête sur ce projet…

    André Bérard a dit:
    14 juillet 2011 à 7:45

    Selon mes sondages personnels, la majorité pense comme vous, M. St-Germain. Un nouvel Hôtel de Ville n’est certes pas, dans l’esprit des citoyens, une priorité. Les élus devront s’armer de bons arguments pour expliquer ce projet plutôt incongrue sortie d’une boîte à surprise! Même durant les règnes de Cardinal et du «Gouverneur» Descôteaux, aucun projet d’Hôtel de Ville ne flottait dans l’air!

    Jean-Pierre St-Germain a dit:
    13 juillet 2011 à 9:27

    Au moins on est loin des boîtes empilées les unes sur les autres, de la brique et des 2 X 4 en tôle du CHSLD.
    D’accord avec vous deux pour revoir l’architecture.
    Pourquoi pas un concours?
    Aussi je trouve que l’hôtel de ville et la bibliothèque sont très bien où elles sont et que ce serait du gaspillage de les relocaliser pour le « fun » de les relocaliser. Dépensons notre argent pour faire quelque chose que nous n’avons pas plutôt que de promener ce que nous avons déja.
    Quant au reste c’est très bien et beaucoup, beaucoup mieux que les propositions antérieures.

    Pierre Lafontaine a dit:
    13 juillet 2011 à 1:46

    Je partage tout à fait ton propos André. Le projet rappelle un peu le « style pavillon d’expo 67 » passé date sans caractère. Sans tomber nécessairement dans le « Victorien », une construction « tout en bois » aurait peut-être permis d’ajouter chaleur et attachement à la réalité adéloise.

    Aussi, encourager la construction en bois peut avoir de surcroît un impact positif sur cette industrie qui peine. Je trouve que « l’innovation à tout prix » commence à dénaturer les milieux. Sans tomber dans « ma cabane au Canada » ou dans le « teepee-isme », il y a certainement moyen de mieux reprendre architecturalement les caractéristiques d’un milieu.

    Le projet demeure cependant intéressant.

      André Bérard a dit:
      13 juillet 2011 à 2:10

      Pierre, je suis heureux que tu soulignes l’allure «Expo 67» des bâtiments, car dans le souci de ne pas influencer les commentaires, je n’ai pas mentionné que la référence à l’Expo 67 revient assez souvent concernant l’architecture proposée ici. C’est pour cette raison que plusieurs estiment que le projet propose un concept de bâtiment qui est déjà dépassé. Je souhaite ardemment que les élus réfléchissent longuement avant d’avaliser la construction de ces bâtiments. C’est un beau projet, et nous souhaitons tous qu’il se réalise, mais avec une approche architecturale qui ne puise pas du rétro des années 50.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s